Château La Raze

Porte d'entrée
Porte d'entrée

 

Le nom du château « La Raze » a deux origines possibles : il signifie soit «rigole d’irrigation» en gascon, soit «terre nivelée».

Dans tous les cas, le nom du château vient des terres de celui-ci, situées majoritairement au Nord du village. Il est aujourd’hui la propriété de la famille SOURICE.

Le chateau
Le chateau

 

Le château a une longue histoire.

 

Construit durant le Moyen-âge, nous avons peu d’information sur se qui s’y est passé. Nous pouvons simplement déduire que durant toute cette période, les châtelains étaient vasaux des seigneurs de Lesparre, grands maîtres du Médoc et dans les bonnes grâces des rois d’Angleterre.

Vitrail de l'étage de la tour
Vitrail de l'étage de la tour

 

 

 

Il semblerait également que le château moyenâgeux était situé sur les terres qui portent le même nom. Les bâtiments ne seraient que les dépendances du château originel.

 

Cette histoire devient crédible lorsqu’on sait que, durant la guerre de Cent Ans qui opposa les anglais et les français pour la possession de toute la partie Ouest de la France, les terres du Médoc étaient fréquemment ravagées et les châteaux pillés par les deux camps.

 

Si le château actuel de La Raze était bien le château construit au Moyen-âge, il est étrange qu’il ne possède aucune fortification, ni moyen de défense, non? Vous n’êtes pas d’accord avec moi ?

 

 

 

 

 

Une archive relatant la vie de la Sirie de Lesparre nous a fait parvenir une histoire intéressante : En août 1381, le mariage d’un seigneur de Lesparre, Archambaud de Grailly, a eu lieu dans le château de Civrac. Cela est-il vrai ? Le mariage a-t-il eu lieu dans le grand bâtiment, ou dans l’hypothétique château disparut ? Mystère !

Une cheminée
Une cheminée

Au fil du temps, l’édifice a changé de mains. Une autre histoire raconte que le château a abrité un collège de soeurs. Elles auraient fait de nombreux aménagement à l’intérieur.

 

Cette cheminée a peut être était construite par elles. Encore une fois ici, rien ne nous le prouve !

Entrée du tunnel
Entrée du tunnel

Le plus grand mystère de ce domaine reste le trou que vous pouvez apercevoir dans le jardin, au pied de l’arbre. Il se situe dans la cour arrière du château, dans sa partie la plus ancienne. On y descend par une série de treize marches, dont trois sont en extérieurs.

 

Devons-nous lui donner le nom de souterrain, comme la légende du village le prétend (il partirait dans deux directions : sous l’église vers le château Bessan-Ségur, et vers le château d’Escurac), ou devons-nous simplement l’appeler « cavité » ?

 

Des fouilles ont été réalisées en ce sens par des géologues du CRES en 1982. Ils en ont conclus qu’il s’agissait de deux salles fermées de sept mètres de long chacune, l’une orientée vers l’église, la seconde vers le château en lui-même, ou plus exactement vers l’une de ses tours. Les fouilles n’ont pas permis de trouver plus amples informations, la cavité étant envahit par l’eau à ce moment là. Mais quoique ça ai été, c’est dangereux et menace de s’effondrer à tout instant.

 

En 1935 déjà, le propriétaire avait clos l’entrée par des portes de chênes. Aujourd’hui, personnes n’y descend plus car le toit de l’entrée lui-même s’est effondré. Des travaux sont nécessaires pour le remettre en état.

Tunnel
Tunnel

Le château tel que vous pouvez le voir aujourd’hui a été grandement réaménagé depuis 1988, date à laquelle il est entré en possession de la famille SOURICE.

 

L’ancien propriétaire, M LACOMBE, utilisait les édifices de la cour d’entrée comme bâtiments agricoles. Aujourd’hui, ils ont été réaménagés pour devenir des constructions viticoles. Hormis le bâtiment principal, l’aile nord (ancienne étable et actuelle chai à barrique), et la salle des cuves, tout le reste a été créé dans les années 1990.

 

Voici une image du château tel qu’il était au début du siècle. On y voit le bâtiment principal ainsi que le chai à droite et la salle des cuves d’aujourd’hui à gauche.

Chateau début 1900
Chateau début 1900

D’autres cavités ont été découvertes lors du réaménagement de l’étable. Des trous ronds et profonds creusés dans le sol donnent accès à des garde-mangers construits sous le plancher. Ce château recel bien des mystères qu’il sera difficile de percer un jour tant les preuves écrites ou matérielles manquent.